Le forum des étudiants L1 de l'ISEM

Pour une meilleure compréhension et un dialogue profs/étudiants
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Introduction à l'histoire de la pensée économique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
thomas.alexandre
Admin


Nombre de messages : 17
Age : 30
Localisation : Nîmes
Date d'inscription : 19/09/2006

MessageSujet: Introduction à l'histoire de la pensée économique   Sam 23 Sep - 15:00

Histoire de la Pensée Economique
… Depuis les grecs, jusqu’à nos jours !



Dans le cadre de ce cours nous allons voir que les clivages qui existent aujourd’hui, existaient déjà chez les grecs. Nous allons étudier leurs évolutions.






Introduction :


PLATON (427 – 347 av. JC.)
Chez les grecs, l’économie apparaît comme un sous ensemble de l’organisation de la cité. Il se développe une pensée politique sur la façon dont la société doit être organisé en général, et, à l’intérieur de cette pensée, il y a un chapitre réservé à l’économie.

Economie : Oïkos → Maison ; Nomos → Lois

Etude de la cité idéale de Platon
La cité idéale de Platon serait composée de 3 classes, dont la raison serait l’inégalité des aptitudes entre les individus :
- Les agriculteurs, les gens de métiers (les artisans), et les commerçants
↓ Les guerriers
+ Les chefs

On sélectionne rigoureusement les individus dès leur plus jeune age pour récupérer ceux qui méritent d’appartenir aux classes supérieures : il y a donc une justice sociale puisque c’est le mérite qui fait la sélection et non d’où l’individu naît.
ATTENTION : Qualité / Mérite détermine la trajectoire sociale.

Les guerriers et les chefs doivent garder leurs vertus morales, donc ils ne doivent avoir aucun contact avec les affaires d’argent et de négoce : cela pourrait les corrompre. Par conséquent, ils ne possèdent rien et sont entretenus par les classes inférieures, mais pas de façon luxueuse (juste de quoi se nourrir et vivre).

A ça s’ajoute le régime de la communauté des femmes et des enfants. On ne doit jamais savoir par qui un enfant a été engendré, ce qui permet de ne pas déterminer sa trajectoire sociale par son origine sociale : ces parents ne peuvent pas influencer son destin. Cette communauté a été créée dans un souci d’égalité, d’ailleurs Platon recherche une parfaite égalité entre les hommes et les femmes.

Les classes inférieures sont libres de posséder et d’échanger mais celles-ci ne doivent être ni trop riches, ni trop pauvre : il ne doit pas y avoir de grandes fortunes.
ATTENTION : Dans la cité réelle, Planton insiste sur la nécessité d’établir l’égalité des fortunes et de corriger les inégalités par la redistribution car, pour lui, les non possédants sont une perpétuelle source de révolution. En fait, il recherche l’efficacité et non la réelle égalité. Il est favorable à ce que l’état organise l’économie en répartissant les récoltes, et en contrôlant les échanges : il ne fait pas confiance au marché comme instance de régulation. Le marché doit être encadré par l’état.


ARISTOTE (384 – 324 av. JC.)
Il est un adversaire du communisme et de l’égalitarisme de Platon, et notamment de l’égalité hommes / femmes :

« Chez l’homme le courage est une vertu de commandement, chez la femme, une vertu de subordination. »

Il est un partisan de la propriété privé parce que, pour lui, le bonheur suppose que l’on ait des biens matériels. Mais les biens matériels sont le résultat du travail, or le travail est incompatible avec la véritable fin de l’homme : l’homme n’est pas destiné a travailler car l’homme n’a pas été contaminé par l’idée judéo-chrétienne (Adam et Eve) et musulmane.
Pour dénouer cette contradiction Aristote fait appel a l’esclavagisme (que les grecs pratiqués) car il est justifié les différences énormes entre les hommes : il y a une infériorité naturelle chez certains hommes. La nature dit à l’homme l’enseignement que le travail de production doit être confié a des esclaves. Mais le problème de l’esclavagisme c’est qu’il faut le justifier. Il va considérer qu’il faut proscrire de la cité les activités financières, autrement dit, il y a une façon naturelle d’acquérir des biens : c’est l’agriculture, la chasse, et la pêche car ces êtres vivants on été fait par la nature en vu de l’homme. En revanche, le commerce est une manière non naturelle donc condamnable. Cela ne signifie pas l’interdiction de tous les échanges mais simplement l’interdiction des échanges monétaires : le troc est accepté. Pour Aristote, la monnaie a permis le développement d’une activité où l’argent est le principe et le but de l’échange sans aucune limite. Dans le commerce, l’individu répudie toute notion de mesure, donc de vertu. En fait, Aristote condamne les « chrématistiques », c'est-à-dire l’acquisition de biens et de richesse pour eux même a l’aide de l’argent. En même temps, il condamne aussi le prêt et l’intérêt, et interdit le travail salarié.

Aristote a une idée de la valeur des choses : THEORIE DE LA VALEUR. La valeur des choses est due au fait qu’elles sont le produit du travail. Il conçoit l’échange de produit comme l’échange de travaux, mais c’est juste une ébauche de la théorie car la société grecque ne permet pas de penser toutes les conséquences de la valeur travail.


ST THOMAS D’AQUIN (Moyen Age)
Là, la pensée économique est dominé par la pensée théologique (la religion). Il va défendre le principe de la propriété mais il est obligé de dire que se servir d’un bien d’autrui que l’on a dérobé dans un cas d’extrême nécessité n’est pas un vol a proprement parlé.

Il élabore aussi une THEORIE DU JUSTE PRIX : on ne doit pas vendre au dessus du juste prix car c’est un péché. Le problème c’est qu’il ne développe pas de théorie permettant d’établir un critère objectif de la valeur des biens.

Le commerce est permis pour subvenir au besoin d’une famille, ou s’il est en vu de charité. Ce qui compte c’est que l’intention du commerce soit bonne… Mais aujourd’hui on ne s’intéresse pas a ça, mais au résultat objectif. De plus, il proscrit, le prêt a l’intérêt mais le préteur peut demander un dédommagement.



Ce qui va faire émerger l’économie comme discipline autonome c’est le TRAITE D’ECONOMIE POLITIQUE d’ANTOINE DE MONTCHRETIEN en 1615, et entre autres, le passage un discours normatif (qui énonce des règles qui doivent se conformer a la norme) à un discours positif (qui tend a expliquer les phénomènes sans faire référence a une norme a priori).



La pensée économique va progressivement se libérer des tutelles dogmatiques extérieures, va se constituer en un discours scientifique en opposition à la pensée dogmatique.
Parmi les précurseurs de l’économie politique (avant ADAM SMITH), on peut distinguer les MERCANTILIS et les PHYSIOCRATES.


Par Aurélie du groupe 6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iseml1.forumpro.fr
 
Introduction à l'histoire de la pensée économique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire de la pensée économique
» Histoire de la pensée économique
» La stratégie du choc, interview de Naomi KLEIN
» Histoire de mieux connaître Barroso...
» Bonjour à tous et à toutes, mon histoire , moniteur auto , 22 ans.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des étudiants L1 de l'ISEM :: Espace travail :: Histoire de la pensée économique - M. Lagarde-
Sauter vers: